La Vente Privée Anniversaire, c’est parti !

Nous sommes chaque année heureux de fêter l’anniversaire des Vins du Terroir avec vous (déjà neuf ans depuis la reprise!) et cette année nous innovons en vous proposant non pas deux mais bien trois journées de vente privée, du vendredi 26 au dimanche 28 juin !

Comme toujours, votre cave à vins vous fera découvrir des choses exceptionnelles, comme par exemple les belles bulles du Champagne Elise Déchannes, un vigneronne très talentueuse des Riceys, à déguster vendredi 26 juin dès 17h.

Mais d’autres régions sont à la fête à commencer bien sûr par la Bourgogne et ses crus mythiques (Chassagne-Montrachet; Nuits-Saint-Georges, Chambolle-Musigny, Morey-Saint-Denis, Gevrey-Chambertin…), mais aussi la vallée du Rhône (Crozes Hermitage, Côte Rôtie, Condrieu et Gigondas notamment), sans oublier la Provence (en rosé mais pas seulement), la Loire (l’appellation Pouilly-Fumé sera à la fête) et le Languedoc. Nous vous avons déniché quelques pépites qui valent le détour.

Nous vous ferons découvrir tous ces coups de cœur à prix doux dans un esprit de fête. Mais ça, vous en avez l’habitude.

Passez donc nous voir ! N’oubliez pas, c’est jusqu’à dimanche 28 juin !

@ très bientôt,

Antoine, votre caviste

Vins et fromages en parfait accord

vins-et-fromages-en-parfait-accord

La question de l’accord entre les vins et les fromages fait partie des grands classiques dans toutes les familles françaises ! Il y a ceux qui disent que, pour accompagner le fromage, il n’y a que le vin rouge qui vaille alors que d’autres misent sur des règles plus ou moins complexes pour un mariage parfait.

Le vin et le fromage, les deux vrais plaisirs gastronomiques des fins-gourmets, doivent bien évidemment être associés pour un plaisir optimal. Comme pour tout accord ayant attrait aux cinq sens, il est important de prendre en compte certaines considérations. Dans cet article, nous vous proposons de revenir aux bases afin que vous puissiez créer votre accord parfait, celui qui convient à vos goûts, à votre personnalité et à vos préférences. Suivez le guide !

Connaître et comprendre les différents fromages

Associer les vins aux fromages n’est pas une chose facile. Commençons par simplifier la tâche en classant les fromages en grandes familles.

Les fromages à pâte fraîche sont doux et sans croûte. Ils sont préparés avec du lait de vache, de chèvre ou de brebis. Non vieillis, ils ont une saveur douce, légèrement acidulée. La bûche de fromage de chèvre fait partie de ces fromages, de même que le fromage fermier, la ricotta et autres fromages en pot.

Les fromages à pâte molle et croûte fleurie portent leur nom en référence à leur enveloppe blanche. Ils sont riches et crémeux et leur texture est particulièrement tendre. Ces fromages peuvent se tartiner sur du pain et leur croûte est comestible. Elle a généralement une saveur plus intense que la pâte.

Les fromages à pâte pressée non cuite bénéficient de l’arôme de leur croûte et du lait utilisé qui leur donne leur saveur. Selon la durée d’affinage, la pâte de ces fromages est plus ou moins épaisse.

Les fromages à pâte pressée cuite sont des fromages qui se conservent, fabriqués à partir de caillé chauffé et pressé. On les appelle également « fromages à pâte dure ».

Les fromages à pâte persillée, également connus sous le nom de « fromages bleus » en raison de la couleur que prend leur pâte. Plus ou moins fermes, ils se brisent en miettes ou en éclats et possèdent des notes de noix et de sarriette complexes.

Les fromages fondus sont obtenus à partir d’un mélange de fromages. Crémeux, ils sont faciles à tartiner.

Associer les vins et les fromages

En reprenant chaque catégorie de fromages évoquée précédemment, faisons le tour des vins avec lesquels vous pourrez les accorder pour un sans-faute après le repas…

Quel vin avec les fromages à pâte fraîche ?

Avec la mozzarelle, la burrata, le chèvre ou la féta, choisissez :

  • Un vin blanc jeune et sec : Muscadet, Sauvignon Blanc ou Chenin Blanc de Loire, Vermentino de Provence ou de Corse
  • Un vin blanc demi-sec (surtout pour accompagner les fromages salés) : Gewurztraminer, Riesling
  • Un vin rouge jeune, fruité, non boisé : Gamay du Beaujolais ou d’ailleurs, Pinot Noir, Cabernet Franc croquant
  • Un vin rosé sec
  • Un accord classique : Mozzarella di Buffala et Soave de Vénétie

Quel vin avec les fromages à pâte molle et croûte fleurie ?

Avec le camembert, le Brie ou encore le chaource, choisissez :

  • Des vins mousseux fabriqués traditionnellement, comme le champagne brut
  • Un Chardonnay (chablis) corsé, sec et non boisé
  • Un Sauvignon Blanc (Sancerre) sobre, sec et léger
  • Un jeune riesling, un Vouvray
  • Un Châteauneuf du Pape blanc
  • Un vin rouge sec et léger, jeune et fruité de type Pinot noir, Cabernet Franc de Loire…
  • Les accords classiques :
    • Crottin de Chavignol et Sancerre
    • Chaource et Champagne

Quel vin avec les fromages à pâte pressée non cuite ?

Avec le Munster, l’Époisses ou le Reblochon, choisissez :

  • Un vin mousseux sec
  • Un vin blanc sec ou demi-sec non boisé comme le Gewurztraminer ou le Pinot Gris d’Alsace
  • Un vin blanc sec et structuré, surtout si le fromage est mûr et fort en goût
  • Un vin rouge de type Beaujolais
  • Un Pinot noir puissant et terrien de Bourgogne
  • Un Trousseau du Jura, rouge peu tannique et très goûtu
  • Les accords classiques :
    • Munster et Gewurztraminer demi-sec
    • Reblochon et Chignin Blanc
    • Époisses et Gevrey-Chambertin

Quel vin avec les fromages à pâte pressée cuite ?

Envie de Gouda, de Gruyère ou de Morbier ? Voici les vins avec lesquels  associer ces fromages :

  • Un vin blanc vieilli en fût de chêne comme un Chardonnay de Bourgogne (comme sur la côte de Beaune), le Pinot Gris, les Bordeaux blancs généreux de Pessac-Léognan
  • Un vin rouge gourmand comme un Côtes-du-rhône, un Saint-Chinian, un Chianti
  • Les accords classiques :
    • Morbier et Meursault

Quel vin avec les fromages à pâte persillée (les Bleus) ?

Avec le Gorgonzola, le Roquefort et autres Bleu d’Auvergne, voici les vins que vous pouvez servir à table :

  • Un vin blanc liquoreux comme un Monbazillac ou un Sauternes
  • Un vin de dessert comme le Jurançon
  • Un vin de vendanges tardives comme un Riesling Spätlese ou un Gewurztraminer Vendanges Tardives
  • Un vin rouge doux et fortifié comme un Banyuls
  • Les accords classiques :
    • Roquefort et Sauternes
    • Gorgonzola Piccante et Vin Santo
    • Stilton et Porto

Quel vin avec les fromages fondus ?

Rien de tel qu’une bonne raclette ou un fromage fondu au four avec :

  • Un vin blanc des Alpes comme un Chignin, un Chasselas suisse…
  • Un vin rouge léger comme un jeune Pinot Noir
  • Surtout pas de vins ayant connus un élevage en fût !

Vin bio, vin biodynamique, vin naturel : quelles différences ?

vin-bio-vin-biodynamique-vin-naturel-quelles-differences

Le vin bio, le vin biodynamique et le vin naturel font souvent l’objet d’amalgames. Pourtant, il s’agit de trois dénominations bien distinctes. Et si nous en profitions pour remettre un peu d’ordre dans les esprits ? Bio, biodynamique, naturel : les trois facettes du vin (enfin) décryptées.

Le vin biologique (ou vin bio)

Le vin bio existe depuis 2012 et répond à un cahier des charges européen précis. Jusqu’à cette date, un vin bio était un « vin issu de la viticulture biologique », donc produit à partir de raisins dont la production était certifiée biologique.
Depuis février 2012, le vin bio s’appuie sur le principe de la non-utilisation de produit chimique pour traiter les vignes ni herbicide permettant de lutter contre la prolifération de l’herbe et des adventices. Les plantes sont fertilisées avec des produits naturels autorisés, comme les fumiers secs, le compost ou encore le fumier frais de vache. En termes de production, la production de vin bio impose un travail mécanique. En revanche, il faut savoir que la production de vin bio autorise l’acidification, la désacidification, le traitement thermique, les levures industrielles, etc.

Le vin biodynamique

Contrairement au précédent, le vin biodynamique ne répond pas à un règlement européen particulier. En revanche, il est soumis à la certification de deux organismes : Demeter et Biodyvin. Ces derniers imposent aux producteurs que leur vin soit produit sur la base de l’agriculture biologique. La biodynamie ne date pas d’hier, puisqu’elle repose sur les travaux d’un philosophe autrichien de la fin du 19e et du début du 20e siècle, Rudolf Steiner. C’est avec des préparations biodynamistes que les vignerons préparent leur vin et adaptent leurs méthodes. Ils considèrent également les astres avec le plus grand sérieux. Les phases de la Lune sont ainsi prises en compte pour choisir la date des événements qui rythment la vie à la vigne, au premier rang desquels on trouve bien sûr la vendange.

Certains aiment à dire que le vin biodynamique est le vin bio poussé vers une dimension supérieure… Mais nous avons rencontré beaucoup de vignerons, souvent déjà en bio, qui mettaient en place quelques éléments de biodynamie, comme la préparation de décoction à base de plantes (ortie ou camomille par exemple) sans aller forcément au bout de la démarche de Rudolf Steiner, qui de toute façon n’aimait pas le vin ! On voit ici qu’il en va de la biodynamie comme de la religion, chacun choisit d’en prendre et d’en laisser en fonction de son terroir.

Le vin naturel

Encore appelé ‘vin nature’, le vin naturel est plus difficile à définir. En réalité, il n’existe pas officiellement et chaque association le définit à sa manière, pour la simple raison qu’il ne répond à aucun cahier des charges en particulier. Par « vin naturel », certains entendent « vin sans sulfites » ou plutôt « sans sulfites ajoutés », ces derniers étant naturellement présents dans ce breuvage. Le vin naturel consiste à n’inclure aucun intrant ni technique visant à modifier le jus originel, en dehors du soufre. Vous l’aurez compris : le vin naturel n’est donc pas du vin sans soufre ! En fait il s’agit d’un fourre-tout qui a permis l’émergence d’une nouvelle façon de faire le vin. Car s’il peut être à l’occasion impossible à différencier à la dégustation d’un vin traditionnel, le vin dit « nature » fait parfois valoir des saveurs et des caractéristiques bien particulières : notes animales (du cuir jusqu’à la souris), robe parfois trouble, avec quelquefois une impression de gaz, un perlant plus ou moins prononcé. Considérés comme des défauts par les tenants de la viticulture traditionnelle, force est de constater qu’il y a un marché pour ça, et il nous arrive fréquemment que les clients nous réclament un vin nature non seulement par soutien à une certaine démarche « anti-chimique » mais aussi par recherche d’arômes nouveaux, perçus à tort ou à raison comme étant plus rustiques, plus authentiques, plus… « naturels » !

Inscription Newsletter